John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Nutrition et prévention primaire du cancer colorectal Volume 28, numéro 5, Mai 2021

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteur
1 Inserm Centre de Recherche 1231 « Lipides Nutrition Cancer », Université de Bourgogne-Franche-Comté, CHU de Dijon
2 Réseau National Alimentation Cancer Recherche-Réseau NACRe
* Correspondance

Pour améliorer la prévention des cancers, la nutrition dans son ensemble (alimentation, consommation d’alcool, activité physique, surpoids/obésité) est un des facteurs essentiels sur lesquels il est possible d’agir. Les médias diffusent régulièrement des messages sur le sujet, parfois erronés, et la littérature scientifique regorge de données, parfois contradictoires. Des expertises collectives nationales (Institut National du Cancer et Réseau National Nutrition Cancer) et internationales (World Cancer Research Fund et Centre International de Recherche sur le Cancer) permettent de faire régulièrement le point des avancées scientifiques en respectant une méthodologie rigoureuse et élaborer des recommandations basées sur des niveaux suffisants de preuve scientifique.

Dans le cas du cancer colorectal, plusieurs facteurs nutritionnels ont ainsi été identifiés comme associés au risque de survenue de ce cancer avec un niveau de preuve « convaincant » ou « probable » : le surpoids et l’obésité, les boissons alcoolisées, la consommation de viandes rouges ou de viandes transformées. À l’inverse, certains facteurs auraient un rôle protecteur : l’activité physique, les aliments riches en fibres et les produits laitiers. Des données scientifiques probantes manquent encore pour confirmer le rôle d’autres facteurs.

Suivre les recommandations émises par le Haut Conseil de la Santé Publique et l’Institut National du Cancer pourrait permettre de diminuer le développement de plus de la moitié des cancers colorectaux. Diffuser ces messages auprès des professionnels de Santé et de la population est donc essentiel.