John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Neurones intrinsèques de l'intestin : de la structure à la fonction (partie 1) Volume 2, numéro 6, Novembre - Décembre 1995

Auteurs
INSERM U. 381, 3, avenue Molière, 67200 Strasbourg, France.

Différents mécanismes de modulation permettent aux fonctions digestives d'atteindre un haut degré de régulation. Il existe en effet une coordination complexe et efficace entre les influences endocrines, paracrines et nerveuses. Les structures anatomiques impliquées sont les différents types cellulaires localisés dans la paroi digestive. L'information nerveuse sensitive et motrice peut circuler entre les différentes structures ou effecteurs qui sont eux-mêmes reliés aux centres nerveux. Les circuits nerveux réalisés dans la paroi digestive par les fibres du système nerveux autonome constituent le niveau d'intégration intrapariétal, véritable cerveau qui intègre des informations multiples et règle de nombreuses fonctions. Le système nerveux entérique est constitué de récepteurs sensitifs localisés dans la muqueuse (récepteurs polymodaux) et dans la musculature lisse (mécanorécepteurs), et des prolongements des neurones sensitifs. Ceux-ci communiquent avec d'autres neurones (interneurones) par l'intermédiaire de collatérales axonales. Les supports chimiques de l'information nerveuse sont les neurotransmetteurs. Ces derniers ont fait l'objet d'un très grand nombre de travaux qui ont mis l'accent sur la diversité de leur structure moléculaire et des récepteurs membranaires qui les lient spécifiquement. Les neurones sont ainsi classés suivant la nature chimique des neurotransmetteurs qu'ils contiennent et qu'ils libèrent mais aussi selon leurs caractéristiques morphologiques et électrophysiologiques.