John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Modes d’action du SOM230 et du RAD001 : intérêt thérapeutique de l’association Volume 16, numéro spécial 3, octobre 2009

Auteurs
Département cancer, équipe 16, Inserm U858, institut de médecine moléculaire de Rangueil (I2MR), BP 84225, 31432 Toulouse cedex 04, France

Parmi les molécules innovantes utilisées pour le traitement des tumeurs endocrines, un nouvel analogue de la somatostatine, SOM230 (pasiréotide), ainsi qu’un inhibiteur ciblant la protéine-kinase mTOR, RAD001 (évérolimus), suscitent un intérêt grandissant en thérapeutique antitumorale. Les analogues de la somatostatine exercent de puissants effets inhibiteurs sur les hypersécrétions, entraînant ainsi une régression des symptômes associés aux tumeurs endocrines. Leur potentiel antitumoral est par ailleurs aujourd’hui bien documenté. Le SOM230 présente l’avantage de cibler plus largement les récepteurs à la somatostatine (sous-types 1, 2, 3 et 5) comparé aux analogues précédemment utilisés en clinique (ciblant préférentiellement le sous-type 2), ce qui en fait un inhibiteur à plus large spectre d’action. Le RAD001 est un analogue de la rapamycine, inhibiteur de mTOR plus soluble que la rapamycine et pouvant être administré par voie orale. mTOR est une protéine-kinase intégrant des voies de signalisation multiples initiées principalement par des récepteurs à activité tyrosine-kinase. Une activité soutenue de mTOR conduit à l’induction de la croissance, de la prolifération et de la survie cellulaire. RAD001 présente donc un intérêt évident en thérapie antitumorale. L’objet de cette revue est : 1) d’exposer les voies de signalisation ciblées indépendamment par le SOM230 et RAD001 ; 2) de résumer les arguments scientifiques expliquant les éventuels effets antitumoraux additifs, voire synergiques d’une thérapie combinée.