John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Métastases hépatiques d'adénocarcinomes de site primitif inconnu : quel bilan ? quelle prise en charge ? Volume 8, numéro 4, Juillet - Août 2001

Auteurs
Service d'hépato-gastroentérologie, CHU, Hôtel-Dieu, 44093 Nantes Cedex.

La découverte de métastases hépatiques sans tumeur primitive connue au moment du diagnostic est une situation clinique fréquente qui doit conduire à la réalisation d'un examen clinique complet, comprenant notamment la palpation mammaire, la palpation cervicale et les touchers pelviens. Il est actuellement bien établi qu'en l'absence de signe clinique d'orientation, la mise en œuvre d'un bilan exhaustif avec exploration endoscopique systématique n'est pas recommandable compte tenu à la fois de la faible rentabilité d'une telle démarche et de l'absence d'impact sur la prise en charge et le pronostic des malades. La réalisation d'une biopsie hépatique est en revanche essentielle et doit intervenir précocement dans la stratégie diagnostique. L'examen histologique standard et les études immunohistochimiques complémentaires vont en effet permettre d'éliminer d'autres types histologiques (lymphomes, sarcomes, mélanomes, tumeurs germinales, carcinomes épidermoïdes et neuroendocrines), de tenter de distinguer les cholangiocarcinomes des métastases hépatiques d'adénocarcinomes et d'identifier, au sein de ce groupe, certains types accessibles à un traitement spécifique, tels que les tumeurs mammaires, ovariennes, prostatiques et thyroïdiennes. En dehors de ces entités particulières qui doivent être systématiquement évoquées, le pronostic est très péjoratif, en particulier pour les formes bien différenciées des sujets de sexe masculin et d'âge plus avancé au diagnostic, ainsi qu'en cas d'association aux métastases hépatiques d'autres localisations tumorales secondaires. L'efficacité de la chimiothérapie n'étant pas démontrée dans cette situation, le traitement symptomatique joue un rôle central dans la prise en charge de ces malades, la chimiothérapie ne devant être envisagée que chez les sujets demandeurs et à l'état général conservé.