John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Liens entre alimentation et syndrome de l’intestin irritable avec constipation prédominante Volume 21, supplément 2, Septembre 2014

Auteur
Hôpital Louis Mourier,
service d’hépato-gastroentérologie,
92700 Colombes,
France ;
INSERM U987 Physiopathologie et Pharmacologie Clinique de la Douleur ;
Président du Conseil Scientifique de l’APSSII (Association de Patients Souffrant du Syndrome de l’Intestin Irritable)
* Tirés à part

Le rôle déclenchant des facteurs nutritionnels dans les poussées de SII est souvent invoqué par les patients. La plupart des études traitant des liens entre alimentation et SII ne distinguent pas les résultats en fonction des différents sous-types (SII-C, SII-D ou SII-A). Une majoration post-prandiale des symptômes est habituelle, de même qu’une intolérance ressentie à certains aliments. Les patients modifient souvent spontanément les caractéristiques de leurs repas et de leur régime alimentaire : repas de faible volume, augmentation des apports en fibres, diminution des apports glucidiques, éviction des graisses et des produits laitiers, de la caféine et de l’alcool. Les modifications diététiques pourraient être causes de carences en divers micronutriments qui ne semblent pourtant pas fréquentes dans la réalité. Des augmentations des taux d’IgG à divers allergènes alimentaires, dont l’éviction par régime serait bénéfique, sont souvent retrouvées, mais l’allergie a un rôle controversé. Des patients rapportant une intolérance alimentaire ne présentent souvent pas de symptômes quand la réintroduction de l’aliment est faite en aveugle. Les fibres ne sont efficaces que dans les SII avec constipation. Les fibres solubles peuvent être associées à une amélioration symptomatique, à l’inverse des fibres insolubles, parfois sources de détérioration. Le rôle des oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentescibles (FODMAPs) a été incriminé dans la physiopathologie des douleurs abdominales et une intolérance au lactose, au fructose, au sorbitol peut être associée à une fréquence accrue de symptômes. Un régime pauvre en FODMAPs peut améliorer les symptômes (ballonnements, douleurs abdominales, flatulences). La prise de probiotiques semble pouvoir améliorer certains patients, mais peu d’études concernent uniquement les patients avec SII-C.