John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les hépatopathies pseudo-alcooliques Volume 3, numéro 4, Juillet - Août 1996

Auteurs
service d'hépato-gastroentérologie.

Les hépatopathies pseudo-alcoolique (HPA) sont définies par la présence à la biopsie de lésions évocatrices d'hépatite alcoolique (stéatose, nécrose acidophile, infiltrat inflammatoire, corps de Mallory, ballonisation hépatocytaire, fibrose) en l'absence de consommation d'alcool. Leur présentation clinique et biologique n'a, le plus souvent, rien de particulier. Elles s'observent surtout chez la femme dans un contexte d'obésité, de diabète, de dyslipidémie. Elles peuvent être provoquées par la réalisation d'un court-circuit digestif, par une résection étendue du grêle, par une nutrition parentérale totale. Elles peuvent être associées à la prise prolongée d'amiodarone, de maléate de perhexiline, de corticoïdes, d'inhibiteurs calciques, à la prise de fortes doses d'oestrogènes. Elles évoluent habituellement vers la régression des lésions si la cause de l'HPA est supprimée. Leur possible évolution vers la cirrhose, avec toutes ses complications, justifie leur reconnaissance précoce par biopsie hépatique, lorsque le contexte est évocateur, même si les signes d'appel cliniques et biologiques sont flous.