John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les facteurs d’environnement au cours des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin Volume 20, numéro 3, Mars 2013

Auteurs
Hôpitaux Universitaires Paris Sud, site de Bicêtre, service de gastroentérologie, 78 rue du Général Leclerc 94270, Le Kremlin Bicêtre ; Unité INSERM 1018 Equipe 9-E3N, Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des Populations, Institut Gustave Roussy, Espace Maurice Tubiana, 39, Rue Camille Desmoulins, 94805 Villejuif CEDEX

L’augmentation récente de l’incidence des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), leur répartition géographique, les études effectuées chez les migrants et la concordance incomplète entre jumeaux monozygotes montrent que les facteurs liés à l’environnement ont un rôle important dans la cause des MICI. Pendant longtemps, le tabac (protecteur dans la rectocolite hémorragique (RCH), délétère dans la maladie de Crohn (MC)) et l’appendicectomie (protecteur dans la RCH) ont été les seuls facteurs reconnus. Récemment, d’autres facteurs associés aux MICI ont été identifiés : la faible exposition solaire et la carence en vitamine D, les infections intestinales, certains médicaments (AINS, antibiotiques, œstroprogestatifs), une alimentation riche en protéines animales et en acides gras n-6. Ces facteurs pourraient être à l’origine d’une dysbiose et favoriser l’éclosion d’une MICI chez des individus génétiquement prédisposés. La recherche des facteurs d’environnement des MICI est utile pour améliorer la compréhension et la prise en charge de ces maladies : prévention chez les individus génétiquement prédisposés et contrôle du cours évolutif chez les individus malades.