John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le traitement endoscopique du reflux gastro-œsophagien : gadget médiatique ou réelle promesse ? Volume 8, numéro 5, Septembre - Octobre 2001

Auteurs
Pôle digestif et Inserm U. 539, Hôtel-Dieu, 44093 Nantes Cedex.

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une pathologie fréquente qui justifie une prise en charge au long cours, même si tous les patients ne nécessitent pas obligatoirement un traitement d'entretien continu. Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ont révolutionné son traitement et satisfont à tous les objectifs thérapeutiques retenus par la récente conférence de consensus franco-belge [1]. Ils sont, en effet, capables de soulager les symptômes, de cicatriser les lésions, de retarder les récidives et d'en diminuer la fréquence. Ils sont également capables d'assurer un retour à la normale de la qualité de vie des patients, alors que celle-ci est très souvent altérée, même dans les formes sans œsophagite [2]. Cependant, les IPP sont des médicaments relativement chers et représentent un coût non négligeable pour la société. Enfin et surtout, ils ne guérissent pas la maladie du RGO qui reste avant tout un désordre neuromoteur expliquant la récidive fréquente des symptômes et des lésions quelques jours ou quelques semaines après l'arrêt du traitement médical.