John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le traitement combiné par Pentasa (mésalazine) oral et par lavement est supérieur au traitement oral seul chez les patients ayant une colite ulcérée d’activité modérée : un essai contrôlé, randomisé, en double aveugle versus placebo Volume 12, numéro 6, Novembre-Décembre 2005

Auteurs
  • Page(s) : 436-7
  • Année de parution : 2005

Auteur(s) : Thierry Piche, Marteau P, Probert CS, Lindgren S, Gassul M, Tan TG, Dignass A, et al.

Faits marquants de la motricité digestive au congrès de l’AGA 2005 à Chicago

Bien que les aminosalicylates constituent des traitements efficaces pour maintenir en rémission les malades atteints de rectocolite hémorragique (RCUH) modérément active, les stratégies thérapeutiques optimales sont encore en évaluation [1]. La mésalazine orale s’est montrée efficace, seule ou en combinaison avec des formes rectales pour traiter des RCUH actives mais aussi pour assurer un maintien en rémission. Plusieurs études randomisées ont bien montré que les traitements locaux des colites distales étaient plus efficaces que l’administration de formes orales et que la combinaison de formes orales et locales augmentait l’efficacité thérapeutique. Il est bien établi qu’une dose de 1 g/j constitue la dose optimale des traitements locaux des colites distales. L’association d’une forme rectale deux fois par semaine à une forme orale à la dose de 1,6 g par jour s’est montrée plus efficace pour maintenir la rémission comparée au traitement oral seul. Dans la mesure où les suppositoires et les lavements de 5-ASA n’ont pas d’activité au-delà de la charnière rectosigmoïdienne pour les premiers et de l’angle gauche pour les seconds, les pancolites requièrent le plus souvent des traitements généraux à la dose quotidienne optimale de 4 g/jour. Il semble que la plupart des symptômes digestifs observés en cas de pancolite sont surtout en rapport avec des lésions distales. Dans ce travail, les auteurs ont formulé l’hypothèse d’une supériorité de la combinaison d’une forme orale et locale comparée à une forme orale seule sur les symptômes associés à une pancolite. Un travail antérieur, mené chez un petit groupe de malades, a montré qu’un traitement associant 2 g de mésalazine orale à 2 g de 5-ASA par voie rectale n’était pas plus efficace que 4 g de mésalazine par voie orale pour induire la rémission clinique. Le but de la présente étude était de déterminer si l’addition de traitements locaux par 5-ASA à la mésalazine orale pouvait apporter un bénéfice supplémentaire par rapport au traitement oral seul en cas de RCUH modérément active. Dans ce travail, 127 malades ambulatoires ont été inclus prospectivement. Tous les malades recevaient 4 g par jour de mésalazine en deux prises pendant 8 semaines. Pendant les 4 premières semaines de traitement, les malades recevaient un lavement de 1 g de 5-ASA au coucher ou un placebo. Le critère d’efficacité était basé sur l’indice d’activité de la colite, comportant des données cliniques et endoscopiques à 4 et 8 semaines. Après 4 semaines, la rémission était obtenue dans 44 % des cas dans le groupe traité avec les lavements contre 34 % dans le groupe qui recevait le placebo (p = 0,3). En revanche, après 8 semaines de traitement, la rémission était obtenue dans 64 % des cas dans le groupe traité par les lavements contre 43 % dans le groupe placebo (p = 0,03). Une amélioration significative était observée à 4 et 8 semaines chez les malades qui recevaient les lavements par rapport à ceux traités par placebo. Les auteurs concluent que cette approche thérapeutique combinant un lavement de 5-ASA (1 g par jour pendant 1 mois) associé à un traitement oral par 5-ASA (4 g par jour pendant 2 mois) est un traitement efficace et bien toléré qui devrait être considéré comme une première ligne thérapeutique en cas de colite modérément active.

Référence

1. Hanauer SB. Medical therapy for ulcerative colitis. Gastroenterology 2004 ; 126 : 1582-92.