John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

L’application d’un gel de L‐érythro méthoxamine augmente la pression de repos du sphincter anal chez les patients ayant une incontinence anale passive Volume 12, numéro 6, Novembre-Décembre 2005

Auteurs
  • Page(s) : 436
  • Année de parution : 2005

Auteur(s) : Nisar P, Gruss H, Bush D, Thompson J, Barras N, Scholefield J.

Faits marquants de la motricité digestive au congrès de l’AGA 2005 à Chicago

Les variables qui sont utiles dans l’exploration de la continence anale sont la longueur, la pression de repos et la contraction volontaire du canal anal, car plusieurs symptômes de l’incontinence sont plus souvent observés quand ces variables ont des valeurs anormales. Ainsi, l’hypotonie de repos du sphincter anal est observée plus souvent chez des malades qui sont amenés à porter des garnitures. La longueur du canal anal est diminuée quand il existe un prolapsus rectal. L’impossibilité à se retenir est généralement associée à une baisse de l’amplitude de la contraction volontaire. La L-érythro méthoxamine, un agoniste des récepteurs alpha 1, a été évaluée en application locale chez des volontaires sains avec une augmentation significative de la pression moyenne de repos. Les buts de cette étude étaient d’évaluer les effets de ce traitement sur la pression sphinctérienne moyenne de repos, des paramètres cardiovasculaires et pharmacocinétiques chez des malades présentant une incontinence anale passive. Seize malades incontinents ayant une pression de repos sphinctérienne inférieure à 50 cm d’eau et un score de Cleveland supérieur à 6 ont été inclus. Les malades étaient exclus en cas de pathologie cardiovasculaire connue et quand un défect sphinctérien était objectivé. Le gel de L-érythro méthoxamine était appliqué dans le canal anal à deux posologies (0,3 et 1 %). La pression artérielle et la fréquence cardiaque étaient enregistrées après l’application du gel en continu pendant 6 heures. Des prélèvements plasmatiques étaient effectués entre 15 et 360 minutes après le traitement. Trois patients ont été considérés comme non répondeurs, deux traités par le gel à 0,3 % et un traité par le gel à 1 %. L’application du gel à 0,3 % augmentait de manière significative la pression de repos du sphincter (37,7 ± 3 vs 53,2 ± 5,3 à 1 heure, 50,7 ± 5,5 à 2 heures). L’augmentation du tonus sphinctérien était plus prononcée après l’application d’une posologie plus élevée (61,4 ± 6,1 à 1 heure, 56,7 ± 5,3 à 2 heures). Cette augmentation était soutenue pendant 5 heures après l’application du gel. La pression artérielle n’était pas significativement modifiée quelle que soit la dose. La fréquence cardiaque était réduite sans conséquence clinique (réduction de 9 pulsations par minute environ). Un malade traité par les plus fortes posologies présentait des céphalées. Cette étude préliminaire montre que le gel de L-érythro méthoxamine permet d’augmenter de manière significative le tonus sphinctérien de repos chez des malades atteints d’incontinence passive. Reste à savoir si l’amélioration de la pression de repos du sphincter anal est corrélée à une amélioration clinique.