John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La vaccination des patients atteints de cancer solide Volume 25, supplément 4, Décembre 2018

Tableaux

Auteurs
1 Université Poitiers, Faculté de médecine et pharmacie, Poitiers, France
2 CHU de Poitiers, Service de médecine interne et maladies infectieuses et tropicales, 2 rue de la Milétrie, CS 90577, 86021 Poitiers cedex, France
3 CHU Poitiers, Service d’hépato-gastro-entérologie, Poitiers, France
4 CHU Poitiers, Service d’oncologie médicale, Poitiers, France
5 INSERM U1070, Poitiers, France
* Tirés à part

L’immunogénicité des vaccins chez les patients atteints de cancer sous chimiothérapie (CT) est mal connue. Cependant, il est avéré que la vaccination réduit le risque infectieux chez ces patients notamment de grippe, d’hépatite B et d’infection invasive à pneumocoque. En France, la couverture vaccinale est faible par manque d’information des patients et des médecins (de l’ordre de 30 % chez les patients atteints de cancer pour ces trois vaccins). Des recommandations vaccinales existent pourtant et sont identiques quel que soit le type de tumeur solide (différentes pour les hémopathies). Le calendrier vaccinal doit être mis à jour le plus tôt possible dans la prise en charge oncologique. En plus du calendrier vaccinal de la population générale, le haut conseil de santé publique recommande la vaccination contre le pneumocoque, le virus de l’hépatite B et la grippe idéalement 15 jours avant le début d’une CT ou d’une thérapie ciblée immunosuppressive (comme les inhibiteurs de mTOR), et un rappel de la vaccination contre le dTP-coqueluche acellulaire et l’hépatite B, 3 à 6 mois après la fin du traitement. Les vaccins vivants sont contre-indiqués moins de 15 jours avant la CT, en cours de CT et pendant au moins six mois après l’arrêt de celle-ci du fait du risque de survenue de maladie vaccinale. Pour les autres thérapies ciblées utilisées en monothérapie(par exemple anti-angiogéniques),il n’y a pas de vaccination spécifique à faire. Il n’existe pas encore de recommandation consensuelle pour les patients sous immunothérapie compte tenu de l’arrivée récente de ces traitements. Il est ainsi proposé la mise à jour du calendrier vaccinal standard avant traitement, d’éviter toute vaccination pendant l’immunothérapie et les vaccins vivants atténués restent contre-indiqués.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International