John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La technique de ligature intersphinctérienne du trajet fistuleux (LIFT) : un vent nouveau sur le traitement des fistules anales ? Volume 20, numéro 5, Mai 2013

Auteurs
Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Institut Léopold Bellan, service de proctologie médico-chirurgicale, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France, CHU de Poitiers, service de chirurgie viscérale, 2, rue de la Milétrie, 86021 Poitiers, France, CHU Pontchaillou, service des maladies de l’appareil digestif, 2, rue Henri Le Guilloux, 35033 Rennes Cedex 09, France

Les fistules anales nécessitent un traitement chirurgical curatif visant à tarir la fistule. La fistulotomie est le traitement de référence parce qu’il a un taux de succès thérapeutique élevé mais présente un risque d’incontinence postopératoire. Différentes méthodes ont été proposées pour palier la section sphinctérienne (techniques d’épargne sphinctérienne) tels que le lambeau d’avancement, l’injection de colle ou la mise en place d’une bioprothèse («  plug »). Leurs taux de succès sont toutefois inférieurs à ceux de la fistulotomie. La LIFT est la dernière-née des techniques d’épargne. Elle vise à ligaturer et à sectionner le trajet fistuleux en l’abordant par l’espace intersphinctérien. La qualité de la méthodologie de la plupart des études publiées était moyenne mais les taux de succès séduisants, de l’ordre de 70 à 95 %, et la continence ne semblait pas altérée en postopératoire. Il convient donc de continuer à évaluer cette technique mais de façon plus rigoureuse.