John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La pochite Volume 7, numéro 4, Juillet -Août 2000

Auteur
Service d’hépato-gastroentérologie et d’assistance nutritive, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75475 Paris Cedex 10.

La coloproctectomie avec anastomose iléo-anale représente le traitement chirurgical standard des patients atteints de rectocolite hémorragique (RCH). Une pochite, définie par l’association de signes cliniques, endoscopiques et histologiques d’inflammation aiguë du réservoir iléal, apparaît dans près de 50 % des cas après 10 ans de suivi. Le principal facteur impliqué dans la survenue de cette complication est le flux fécal, à l’origine d’une métaplasie colique du réservoir iléal. Il s’en suit une « colonisation » de la muqueuse iléale sur laquelle apparaissent des lésions similaires à celles observées au cours de la RCH et dont l’évolution tardive peut, en cas de chronicité, simuler la maladie initiale elle-même. Le traitement de la pochite aiguë repose sur les antibiotiques, principalement le métronidazole, par voie orale ou topique. En cas d’échec ou de récidives fréquentes et rapprochées, on peut proposer les mêmes thérapeutiques que pour la RCH, à savoir dérivés salicylés, corticoïdes, lavements d’acides gras à chaîne courte ou immunosuppresseurs.