John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Instabilité des microsatellites et cancers du côlon Volume 12, numéro 1, Janvier-Février 2005

Auteur
Inserm U434-CEPH, 27 rue Juliette Dodu, 75010 Paris

En 1990, Fearon et Vogelstein proposaient un modèle de progression tumorale dans les tumeurs colorectales. Ce modèle, familièrement appelé Vogelgramme, montrait l’accumulation d’un certain nombre d’altérations génétiques impliquant des gènes suppresseurs de tumeur et des oncogènes au cours du développement tumoral. On sait maintenant que ce modèle ne s’applique pas à toutes les tumeurs coliques, mais seulement à une partie d’entre elles car il a été montré qu’il existait différents types de cancers colorectaux. Deux types sont exclusifs: le type CIN (pour Chromosomal Instability) caractérisé par une instabilité chromosomique accompagnant de nombreuses pertes d’hétérozygotie et une hyperploïdie, et le type MSI, ou MIN (pour Microsatellite Instability), diploïde, qui présente des altérations plus restreintes au niveau nucléotidique. Il semble qu’il existe un troisième type tumoral ni-CIN/ni-MIN qui n’est pas encore bien défini à ce jour. D’autre part, les types CIN et MIN se subdivisent dans des proportions encore à définir en sous-types possédant ou non des défauts de méthylation des promoteurs d’un certain nombre de gènes et inhibant leur expression (type CIMP). Cette mise au point porte principalement sur les tumeurs MSI en mettant en valeur l’historique de leur caractérisation, et les propriétés de ces tumeurs les différenciant des autres types de cancers colorectaux.