John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hépatite chronique C avec anticorps anti-LKM 1 Volume 7, numéro 3, Mai - Juin 2000

Auteurs

Les patients VHC+/LKM1+ sont rares. Lorsqu’un traitement est indiqué, l’interféron a nous paraît devoir être employé en premier, car le risque de poussée cytolytique, dont le malade doit être informé, est faible, mais ne peut être prévu (le rôle du phénotype HLA est incertain). La surveillance clinique et biologique doit être renforcée (détermination hebdomadaire des ALAT au début, puis mensuelle ou en cas de fait clinique inhabituel). L’utilité de l’adjonction systématique de corticoïdes n’est pas établie. On ne possède pas actuellement d’information sur l’efficacité et la tolérance de l’association interféron-ribavirine dans ce groupe de malades.