John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Grossesse et biothérapies : une mise au point sur la prise en charge des patientes MICI au moment de la grossesse Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
CHU de Saint-Étienne, Service d’Hépato-Gastro-Entérologie, Avenue Albert Raimond, 42270 Saint-Priest-en-Jarez
* Correspondance

Les patientes avec une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) sont habituellement préoccupées par l’exposition aux médicaments pendant la grossesse et leurs effets sur le fœtus. La gestion des biothérapies avant, pendant et après la grossesse évolue rapidement, c’est pourquoi les médecins qui s’occupent de cette population de patientes doivent être bien informés et se sentir à l’aise pour conseiller leurs patientes afin d’obtenir le meilleur déroulement de la grossesse possible.

Il est particulièrement important de comprendre les implications de l’utilisation des biothérapies dans les périodes précédant la conception, la grossesse et le post-partum. Nous souhaitons ici informer le clinicien sur l’impact d’une inflammation non contrôlée pendant la grossesse, les mécanismes de transport des produits biologiques à travers le placenta, les effets des biothérapies tant au niveau maternel que néonatal et d’autres considérations du post-partum telles que l’allaitement et la sécurité vaccinale.

Les connaissances apportées par les précédentes recherches en termes de sécurité des biothérapies pendant la grossesse sont rassurantes. Avec l’arrivée de nouvelles biothérapies ayant des mécanismes différents d’action mais une structure protéique similaire, c’est-à-dire des anticorps IgG1, on peut s’attendre à ce que la recommandation de poursuivre la thérapie pendant la grossesse soit maintenue.