John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Gastroentéropathies exsudatives Volume 15, numéro 2, mars-avril 2008

Auteurs
Département de Pathologie Digestive, Hôpital Lariboisière, 2 rue Ambroise Paré, 75475 Paris cedex, France, Johns Hopkins School of Medicine Ross Building, 720 Rutland Avenue, Baltimore MD 21205, USA, Service Central d’Anatomie et Cytologie Pathologiques, Hôpital Lariboisière, Service de Radiologie Viscérale et Vasculaire, Hôpital Lariboisière

Les gastroentéropathies exsudatives se définissent par une perte anormalement élevée de protéines plasmatiques par le tube digestif. Le tableau réunit principalement diarrhée chronique et œdèmes, avec hypoalbuminémie, hypogammaglobulinémie et parfois lymphopénie (lorsqu’une fuite lymphatique digestive est en cause). Les patients sont notamment exposés à des complications nutritionnelles, infectieuses et thrombo-emboliques. Le diagnostic positif repose sur la mesure de la clairance fécale de l’alpha-1-antitrypsine plasmatique. Les principaux mécanismes en cause sont : 1) une fuite lymphatique par des lymphangiectasies intestinales (dans la maladie de Waldmann notamment) ; 2) une exsudation au niveau d’ulcérations digestives ; 3) une rupture de la barrière épithéliale (sans obstacle au drainage lymphatique ou ulcérations patentes). L’examen clinique et les explorations endoscopiques digestives occupent des places centrales dans l’orientation et le diagnostic étiologiques. Le traitement repose principalement sur : le traitement spécifique de la maladie ou du mécanisme causal ; le régime hyperprotidique (associé à l’exclusion des triglycérides à chaînes longues lorsqu’un mécanisme de perte lymphatique est en cause).