John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Effets du Tegaserod sur la fonction œsophagienne : un essai randomisé chez des volontaires sains Volume 12, numéro 6, Novembre-Décembre 2005

Auteurs
  • Page(s) : 436
  • Année de parution : 2005

Auteur(s) : Fox M, Fried M, Menne D, Stutz B, Scwizer W.

Faits marquants de la motricité digestive au congrès de l’AGA 2005 à Chicago

Le Tegaserod est un agoniste partiel des récepteurs 5-HT4 qui possède des effets prokinétiques qui pourraient être exploités pour limiter le reflux acide au cours du reflux gastro-œsophagien. Le Tegaserod a montré son efficacité pour améliorer la vidange gastrique chez des sujets sains [1] ou atteints de dyspepsie non ulcéreuse [2]. Dans un travail récent [3], son administration aux doses de 1 et 4 mg/kg réduisait de plus de 50 % l’exposition acide de l’œsophage en période postprandiale sans effet significatif sur la pression de repos du sphincter inférieur de l’œsophage (SIO) et diminuait modestement le nombre de relaxations transitoires. Une baisse non significative du nombre d’épisodes de reflux était observée avec les 2 doses. Le but de cette étude était d’évaluer les effets du Tegaserod sur la motricité œsophagienne, la pression de repos du SIO et le reflux acide. Dix-huit sujets sains ne se plaignant pas de symptômes de reflux ont été randomisés dans cette étude menée en cross-over. Tous les sujets recevaient le Tegaserod à la posologie de 6 mg 2 fois par jour ou un placebo pendant 7 jours. Une analyse combinée des pressions et du pH œsophagien était effectuée pendant 2 heures à jeun et 2 heures après l’administration d’un repas test (Ensure 200 ml, 450 kcal, 47 % de lipides). Une étude fluoroscopique était également réalisée afin de déterminer la clairance œsophagienne des solides et des liquides. Après le repas test, il existait une baisse significative de la pression de repos du SIO et de la durée et de l’amplitude des contractions du bas œsophage. Le Tegaserod augmentait de manière significative la vitesse des ondes œsophagiennes (augmentation de 8 %, p < 0,001) et leur amplitude (p = 0,04) sans effet sur la pression de repos du SIO. Il améliorait la clairance œsophagienne des solides. Les données concernant les relaxations transitoires ou les épisodes de reflux restaient difficiles à interpréter en l’absence d’événements nombreux chez le sujet sain. Ces données indiquent que les effets prokinétiques du Tegaserod s’exercent au niveau de l’œsophage ce qui pourrait être bénéfique chez les malades atteints de RGO. le volume du reflux par l’intermédiaire d’une moindre distensibilité du SIO. L’objectif de l’étude était d’évaluer l’influence de la radiofréquence sur les symptômes de RGO, l’exposition acide œsophagienne et la distensibilité du SIO chez des malades atteints de RGO. Sept malades atteints de RGO (6 femmes d’âge moyen 51 ans) participaient à l’étude. Les scores symptomatiques, une pH-métrie et la distensibilité du SIO étaient évalués avant et 3 mois après la séance de radiofréquence. La distensibilité du SIO était évaluée en positionnant un barostat au niveau du cardia après un repérage fluoroscopique. Des distensions œsophagiennes étaient effectuées par incréments toutes les 30 secondes jusqu’à l’obtention d’un inconfort thoracique. Les distensions étaient répétées 20 minutes après l’administration de 50 mg de sildénafil utilisé pour relâcher le SIO. Trois mois après la radiofréquence, les symptômes de RGO étaient améliorés de manière significative alors que les profils de pH-métrie n’étaient pas modifiés de manière significative (18,3 ± 7 vs 12,8 ± 6 % temps passé à pH < 4). La distensibilité du SIO était réduite de manière significative (ANOVA p < 0,05) de même que la compliance du SIO (944 ± 285 vs 600 ± 221 mmHg). Il n’existait pas de différence après l’administration de sildénafil. Le faible nombre de sujets étudiés n’a pas permis de montrer que le contrôle des symptômes s’exerçait par la réduction du volume du refluxat. Cette étude confirme pour la première fois que la radiofréquence limite la distensibilité de l’œsophage et pourrait contrôler les symptômes par la réduction du volume du refluxat, ce qui expliquerait, au moins en partie, l’effet limité sur l’exposition acide œsophagienne mesurée en pH métrie.

Références

1. Degen L, Matzinger D, Merz M, Appel-Dingemanse S, Osborne S, Luchinger S, et al. Tegaserod, a 5-HT4 receptor partial agonist, accelerates gastric emptying and gastrointestinal transit in healthy male subjects. Aliment Pharmacol Ther 2001 ; 15 : 1745-51.

2. Tougas G, Chen Y, Luo D. Tegaserod improves gastric emptying in patients with gastroparesis and dyspeptic symptoms. Gastroenterology 2003 ; 124 : S432. Abstract 107715.

3. Kahrilas PJ, Quigley EMM, Castell DO, Spechler S. The efffect of tegaserod (HT 919) on oesophageal acid exposure in gastro-oesophageal reflux disease. Aliment Pharmacol Ther 2000 ; 14 : 1503-9.