John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Complications de la rectocolite hémorragique et impact des traitements actuels sur l’histoire naturelle de ces complications Volume 22, supplément 2, Octobre 2015

Auteurs
CHU de Liège,
département d’hépato-gastroentérologie,
Avenue de l’Hôpital B35,
4000 Liège, Belgique
* Tirés à part

La rectocolite hémorragique est une pathologie chronique évoluant vers de nombreuses complications. Une altération de la qualité de vie, tant sur le plan physique, professionnel qu’émotionnel, est présente dans la majorité des cas. Elle est liée soit à l’activité inflammatoire de la maladie soit à l’altération de la fonction colique due aux dommages tissulaires, soit aux conséquences de la coloproctectomie. Les taux d’hospitalisation sont 3 fois supérieurs à la population générale. Ils sont secondaires à des poussées, des complications de la maladie, des explorations et des traitements. L’inflammation histologique au long cours est associée à un risque double de cancer colorectal. Le recours à la chirurgie est de 4,9 %, 11,6 %, 15,6 % respectivement à 1, 5 et 10 ans. Ce risque est majoré dans les premières années du diagnostic, en cas de colite extensive et d’âge jeune au diagnostic. Une réduction de l’activité inflammatoire de la RCH par les traitements actuels, notamment les anti-TNF, permet une amélioration de la qualité de vie et une réduction des taux d’hospitalisation. Une réduction de l’incidence du cancer colorectal sous 5-ASA a été démontrée et aussi, plus récemment, par les purines via leur activité anti-inflammatoire. Nous ne disposons pas de données actuellement sur l’effet des anti-TNF. L’impact des traitements sur les taux de chirurgie est controversé d’une étude à l’autre et doit être confirmé.