John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Comment évaluer la sévérité de l’atteinte hépatique ? Volume 16, numéro spécial 2, septembre 2009

Auteur
Services d’Hépato-Gastroentérologie, Hôpital Saint-André, CHU de Bordeaux, avenue Magellan, 33604 Pessac, France, Service d’Hépato-Gastroentérologie, Hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux, avenue de Magellan, 33604 Pessac cedex, France

L’évaluation de la sévérité de l’atteinte hépatique, qui conditionne à la fois le pronostic et les indications thérapeutiques, est d’une importance majeure au cours de l’hépatite chronique B. Deux objectifs sont importants en pratique clinique : la détection d’une fibrose significative (indication d’un traitement antiviral) ; la détection d’une cirrhose (dépistage des varices œsophagiennes et du carcinome hépatocellulaire). Jusqu’à présent l’évaluation de la sévérité de la fibrose reposait sur la biopsie hépatique. Les limites de cette dernière (caractère invasif, biais d’échantillonnage et variabilité interobservateur) ont conduit au développement de méthodes alternatives non invasives. Celles-ci reposent essentiellement sur deux types d’approches : des scores sériques de fibrose (spécifiques ou non de l’hépatite B) et la mesure de l’élasticité hépatique par élastométrie impulsionnelle. Ces méthodes, initialement proposées dans l’hépatite C, restent en cours de validation dans l’hépatite chronique B. Cette revue se propose de faire brièvement le point sur la place respective de ces méthodes et de la biopsie hépatique.