John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cancers localement avancés du pancréas : une hétérogénéité de situations à bien saisir ! Volume 29, numéro 4, Avril 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteur
CHU de Saint-Étienne, Service d’hépato-gastro-entérologie, Avenue Albert Raimond, 42270 Saint-Priest-en-Jarez
* Correspondance : N. Williet

Le cancer du pancréas est diagnostiqué au stade localement avancé dans environ 30 % des cas. Malgré cette fréquence, les données de la littérature restent limitées. Elles sont surtout rendues confuses par une grande hétérogénéité de situations entre une tumeur potentiellement résécable (une seule artère impliquée), de celle « jamais résécable » (plusieurs vaisseaux envahis). De plus, les essais de phase II-III en cours mélangent encore trop souvent ces tumeurs avec celles de stade métastatique ou borderline. Le scanner thoraco-abdomino-pelvien avec temps pancréatique reste la référence pour juger de la résécabilité. Les critères du National Comprehensive Cancer Network doivent être appliqués. Une IRM hépatique est également requise pour dépister d’éventuelles micro-métastases. La douleur pancréatique et le CA19-9 sont pris en compte dans cette définition et dans l’évaluation de l’efficacité du traitement d’induction. La chimiothérapie première est le standard. Le folfirinox doit être proposé pour les tumeurs potentiellement résécables. Il deviendra probablement le nouveau standard pour les tumeurs jamais résécables avec les résultats attendus de l’étude Neopan. La combinaison gemcitabine/nab-paclitaxel semble être une bonne alternative en néoadjuvant (l’étude Neolap est en cours). Enfin, en dépit d’un essai de phase III négatif pour la survie globale, la radio-chimiothérapie de clôture ou néoadjuvante continue d’être évaluée à l’aire du folfirinox. Une meilleure sélection des patients est indispensable pour évaluer le bénéfice potentiel des traitements loco-régionaux. Cela passe par une meilleure détection des maladies micro-métastatiques. L’utilisation de l’ADN tumoral circulant pourra peut-être aider dans cette sélection.