John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables : faut-il réséquer le primitif ? Volume 20, numéro 6, Juin 2013

Auteurs
Hôpital Pitié Salpêtrière, service de chirurgie digestive et hépato-bilio-pancréatique, Institut Universitaire de Cancérologie Pierre et Marie Curie (Paris VI), 42-83 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France, Hôpital Pitié Salpêtrière, service d’hépato-gastroentérologie, Institut Universitaire de Cancérologie Pierre et Marie Curie (Paris VI), 42-83 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France, Hôpital Pitié Salpêtrière, service d’oncologie médicale, Institut Universitaire de Cancérologie Pierre et Marie Curie (Paris VI), 42-83 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France, Hôpital Pitié Salpêtrière, service d’anatomie et de cytologie pathologique, Institut Universitaire de Cancérologie Pierre et Marie Curie (Paris VI), 42-83 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France, Hôpital Pitié Salpêtrière, service de radiologie, Institut Universitaire de Cancérologie Pierre et Marie Curie (Paris VI), 42-83 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris, France

Au moment du diagnostic, 25 % des patients avec un cancer colorectal ont des métastases synchrones, principalement hépatiques. Dans la majorité des cas, les métastases sont jugées non résécables et le traitement repose sur la chimiothérapie associée à une biothérapie. Chez ces patients, lorsque la tumeur colique est a- ou pauci-symptomatique, l’intérêt de la colectomie première avant de mettre en route le traitement reste controversé. Aucune étude prospective randomisée ne permet de répondre à cette question. Le but de ce travail est de faire le point sur les données disponibles dans la littérature pour guider le choix du traitement de première intention (colectomie oui vs non) chez un patient porteur d’un cancer colique métastatique avec des métastases synchrones non résécables en se focalisant sur trois éléments de discussion : le risque de complications de la tumeur primitive sous chimiothérapie, la morbidité de la colectomie prophylactique en situation métastasique et l’impact de la stratégie sur la survie.