John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Calcium cytoplasmique et contraction des cellules musculaires lisses intestinales Volume 2, numéro 1, Janvier - Février 1995

Auteurs
centre de recherche en nutrition humaine de Nantes, INRA, BP 1627, rue de la Géraudière, 44316 Nantes Cedex 03, France.

La contraction des cellules musculaires lisses intestinales dépend de la concentration calcique intracellulaire et de la formation du complexe acto-myosine ATPase. Les modifications du taux de calcium cytosolique peuvent avoir deux origines : (1) l'entrée du calcium extracellulaire dans la cellule, qui met en jeu trois types de canaux différents : les canaux calciques potentiel-dépendants, les canaux cationiques perméables au calcium, et des canaux calciques dont l'ouverture dépend de la déplétion des stocks calciques intracellulaires ; (2) la libération du calcium stocké dans le réticulum sarcoplasmique par des récepteurs-canaux de 2 types : récepteur à l'inositol 1, 4, 5 triphosphate et récepteur à la ryanodine. Le calcium cytoplasmique va alors se combiner avec une protéine régulatrice, la calmoduline, qui va pouvoir activer une enzyme spécifique, la kinase des chaînes légères de myosine ou MLCK. Cette dernière, en phosphorylant les chaînes légères de la myosine met en route le « moteur moléculaire » qu'est le complexe acto-myosine. Celui-ci fonctionne grâce à l'énergie fournie par l'ATP. Ce phénomène met également en jeu un certain nombre de protéines comme la tropomyosine, la caldesmone, la calponine et des enzymes de types kinases ou phosphatases.