John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Adénocarcinome du pancréas métastatique : prise en charge en 2020 Volume 27, numéro 6, Juin 2020

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Service d’hépato-gastroentérologie et oncologie digestive, 47-83 boulevard de l’hôpital, 75013 Paris
2 Sorbonne Université, UPMC Université, 75006 Paris
* Correspondant

Plus de 50 % des patients atteints d’adénocarcinome du pancréas sont diagnostiqués au stade métastatique. Malgré un pronostic sombre, de réels progrès ont été réalisés ces dernières années dans la prise en charge de ces malades.

Le FOLFIRINOX et l’association gemcitabine-nab-paclitaxel sont devenus les standards de première ligne pour ceux en bon état général, alors que la gemcitabine en monothérapie reste l’option de première intention pour les patients fragiles. Des stratégies de maintenance ou des schémas allégés permettent désormais de limiter la toxicité du FOLFIRINOX, et les traitements séquentiels ainsi que de nouvelles associations thérapeutiques pourraient apporter un bénéfice supplémentaire dans cette situation.

Après progression sous une première ligne à base de gemcitabine, le 5-fluorouracile associé à l’irinotecan (sous forme liposomale ou standard) ou l’oxaliplatine sont les options de deuxième ligne, alors que la gemcitabine avec ou sans nab-paclitaxel peut être proposée après échec du FOLFIRINOX.

Plusieurs sous-groupes tumoraux pouvant tirer bénéfice de traitements spécifiques ont été récemment identifiés. Les patients porteurs de mutations germinales des gènes BRCA devraient pouvoir être traités rapidement par un inhibiteur de PARP et ceux présentant une tumeur avec instabilité microsatellitaire par des inhibiteurs de checkpoints immunitaires. Les stratégies de recherche de ces anomalies en pratique clinique restent à préciser. Plusieurs approches thérapeutiques nouvelles, ciblant notamment le métabolisme tumoral, sont actuellement évaluées dans des essais de phase III, et sont susceptibles d’améliorer encore à moyen terme la prise en charge du cancer du pancréas métastatique.

Enfin, les soins de support ont une place essentielle, dès le diagnostic et durant le suivi, afin d’optimiser la qualité de vie des patients.