John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Acides gras à chaîne courte : rôle en pathogénie intestinale et potentiel thérapeutique en gastroentérologie Volume 2, numéro 5, Septembre - Octobre 1995

Auteurs
centre de recherche en nutrition humaine, laboratoire fonctions digestives et nutrition, hôpital Guillaume-et-René Laënnec, 44035 Nantes Cedex, France.

Les acides gras à chaîne courte (AGCC), principaux produits de la fermentation bactérienne colique des fibres alimentaires, constituent l'essentiel des anions organiques présents dans le côlon. Les AGCC, essentiellement les acides acétique, propionique et butyrique, sont rapidement absorbés par la muqueuse colique selon différents mécanismes (passifs ou facilités) qui dépendent des conditions régnant au sein de la lumière intestinale. Le butyrate fournit 70 % des besoins énergétiques des colonocytes. Plusieurs études réalisées sur des espèces monogastriques ont montré que les AGCC pouvaient modifier l'activité motrice et intervenir notamment dans les phénomènes de frein iléal. Toutefois, les mécanismes d'action de ces acides sont encore mal connus. Les AGCC, et principalement le butyrate, exercent un effet trophique sur l'épithélium intestinal et colique impliquant probablement plusieurs mécanismes, directs ou indirects, hormonaux ou nerveux. Contrairement à ce qui est observé sur les cellules normales, le butyrate est capable d'inhiber la prolifération des cellules cancéreuses et d'agir comme agent différenciant. L'influence des AGCC s'exerce également sur les défenses de la muqueuse intestinale. Par ailleurs, les AGCC pourraient avoir un effet prophylactique ou thérapeutique notamment comme antidiarrhéiques et dans le traitement des colites de diversion et de la rectocolite hémorragique. Des études mettent également en évidence l'intérêt des AGCC dans les phénomènes de cicatrisation post-opératoire. Enfin, l'utilisation du butyrate dans des modèles expérimentaux de cancer colique a été également rapportée.