JLE

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Volonté de rester à domicile et anosognosie des risques associés à la maladie neurodégénérative de type Alzheimer Volume 21, numéro 3, septembre 2023

Tableaux

Auteurs
1 Université de Franche-Comté, UR LINC, Besançon, France
2 CHU de Besançon, CIC-1431 Inserm, Besançon, France
3 Université de Franche-Comté,laboratoire de psychologie, Besançon, France
4 Service de neurologie,CHU de Besançon, Besançon, France
5 Centremémoire ressources et recherche (CMRR), CHU de Besançon, France
6 CIUSS Centre-Sud de l’Île-de-Montréal, Centre de recherche, Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Montréal, Canada
* Correspondance : T. Tannou

La maladie d’Alzheimer entraîne une altération des capacités de décision qui augmente les prises de risque à domicile, notamment lorsque la maladie est associée à une anosognosie. Dans l’anticipation de l’évolution de la maladie, des questions relatives au lieu de vie se posent. L’objectif de cette étude, qualitative, était d’identifier les éléments considérés par les patients âgés présentant une maladie de type Alzheimer, en rapport avec leur lieu de vie. L’étude a inclus 22 personnes âgées, vivant à domicile et suivis pour un trouble neurocognitif majeur au stade léger. L’argumentation des patients en faveur du maintien à domicile reposait principalement sur la conservation d’une sécurité interne, via la familiarité des repères et des habitudes de vie, permettant une stabilité au quotidien. Malgré l’identification des pertes mnésiques, les risques associés au maintien à domicile étaient minimisés voire occultés de la réflexion autour du choix du lieu de vie.