John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Valeur diagnostique des biomarqueurs Alzheimer du liquide cérébrospinal dans la maladie à corps de Lewy Volume 16, numéro 2, Juin 2018

Illustrations

  • Figure 1
Auteurs
1 Hôpitaux Universitaire de Strasbourg, Laboratoire de biochimie et biologie moléculaire ; CNRS, Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives (LNCA), UMR 7364, Strasbourg, France
2 Hôpitaux Universitaire de Strasbourg, Centre mémoire de ressource et de recherche (CMRR), Hôpital de jour, Pôle de gériatrie ; CNRS, laboratoire ICube UMR 7357 ; Fédération de médecine translationnelle de Strasbourg (FMTS), Équipe IMIS/Neurocrypto, Strasbourg, France
* Tirés à part

La maladie à corps de Lewy (MCL) est la seconde pathologie neurodégénérative cognitive après la maladie d’Alzheimer (MA). Deux tiers des patients atteints ne sont pas ou mal diagnostiqués. Dans cette revue de la littérature, nous évaluons le pouvoir de discrimination des biomarqueurs du liquide cérébrospinal (LCS) en nous focalisant plus particulièrement sur le diagnostic différentiel entre la MCL et la MA. Ainsi, parmi les biomarqueurs de la MA (t-Tau, phospho-Tau181, Aβ42 et Aβ40) utilisés en routine, t-Tau et phospho-Tau181ont montré un excellent pouvoir de discrimination quel que soit les stades de sévérité. Le niveau d’Aβ42 qui est pathologique chez les patients MCL à un stade de démence, n’est que peu perturbé au stade prodromal. Ainsi, le diagnostic biologique sur la base des biomarqueurs de la MA permet dans l’ensemble de bien séparer les MCL des MA.