JLE

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Utilisation de la mélatonine chez les patients âgés hospitalisés en gériatrie en France : enquête auprès des pharmaciens hospitaliers Volume 21, numéro 4, Décembre 2023

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

Tableaux

Auteurs
1 Service pharmaceutique, Hôpital des Charpennes, Institut du vieillissement, Hospices civils de Lyon, Lyon, France
2 Normandie univ, Unicaen, Inserm, U1237, PhIND “Physiopathology and imaging of neurological disorders”, NeuroPresage team, Cyceron, Caen, France
3 Centre memoire de ressource et de recherche, Lyon, Institut du vieillissement, Hospices civils de Lyon, Lyon, France
4 Université Claude-Bernard Lyon-1, Research on Healthcare Performance (RESHAPE), Inserm U1290, Lyon, France
* Correspondance : T. Novais

Depuis quelques années, la mélatonine est de plus en plus utilisée en milieu hospitalier pour la prise en charge des troubles du sommeil des patients âgés, et ce, malgré de nombreux obstacles : restriction de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), non-agrément aux collectivités et non-remboursement. Afin de décrire les modalités pratiques d’utilisation de la mélatonine chez les patients âgés hospitalisés, une enquête a été menée entre février et mai 2022 auprès de pharmaciens hospitaliers exerçant en lien avec des unités de soins gériatriques en France. Au total, 35 entretiens ont été réalisés auprès de pharmaciens : 30 dispensaient de la mélatonine, à partir de spécialités commercialisées en libération prolongée (LP) (n = 30), et/ou en préparation à libération immédiate (n = 11). L’enquête a permis de mettre en évidence les critères d’utilisation des différentes formes de mélatonine, mais également les disparités en termes d’approvisionnement et de gestion au sein des différents établissements. Étant donné l’utilisation croissante de la mélatonine en milieu hospitalier, et afin de garantir une équité d’accessibilité aux équipes hospitalières et aux patients en sortie d’hospitalisation, il semble nécessaire que les instances puissent réévaluer le statut des médicaments à base de mélatonine au regard des nouvelles données disponibles.