John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

L’effet de positivité lié à l’âge : oublier le négatif et/ou se rappeler du positif ? Une étude inter-tâches Volume 18, numéro 4, Décembre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire de psychologie Labpsy – EA 4139, Université de Bordeaux, BordeauxFrance
2 INCIA – CNRS UMR 5287, Université de Bordeaux, BordeauxFrance
3 EPHE, PSL Research University, BordeauxFrance
* Correspondance

De nombreuses études ont révélé que les adultes âgés ont tendance à mieux mémoriser les informations positives que les informations négatives, lorsqu’on les compare à des adultes jeunes. Notre objectif était de déterminer si cet effet de positivité lié à l’âge dépend d’une meilleure mémorisation des informations positives et/ou d’une moins bonne mémorisation des informations négatives chez les adultes âgés comparativement aux adultes jeunes dans différentes tâches mnésiques. Quatre-vingt-dix participants (45 adultes jeunes, 45 adultes âgés) ont effectué des tâches de rappel immédiat, de reconnaissance et de rappel différé. Les participants devaient apprendre des mots positifs, négatifs et neutres. Les résultats ont montré que l’effet de positivité lié à l’âge dépendait uniquement de la diminution de la préférence pour la négativité (i.e. la comparaison entre les mots négatifs et neutres) chez les adultes âgés. Cet effet était présent en rappel libre mais pas en reconnaissance. Par ailleurs, dans la tâche de rappel immédiat, plus les adultes âgés avaient de bonnes compétences mnésiques moins leur préférence pour la négativité était élevée. Ce lien n’était pas présent en rappel différé. Ces données suggèrent que, comparativement aux adultes jeunes, les adultes âgés se désengagent du traitement des mots négatifs sur la base de processus cognitifs coûteux. Ces résultats sont discutés dans le cadre de la théorie de la sélectivité socio-émotionnelle.