John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Identification et mémorisation des émotions dans la démence de type Alzheimer : revue critique de la littérature Volume 10, numéro 3, Septembre 2012

Auteurs
UFR Lettres et sciences humaines, EA C2S 6291, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, France, Service de gériatrie aiguë et médecine interne, CHU de Reims, France, Institut Universitaire de France, Paris, France, UFR Médecine, EA 3797, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, France

Si les premières manifestations de la maladie d’Alzheimer (MA) concernent la sphère cognitive avec au premier plan une atteinte de la mémoire épisodique et des fonctions exécutives, les troubles émotionnels impactent de façon importante sur la vie psychique et relationnelle des individus. Dans la MA, l’atteinte précoce des structures amygdaliennes, dont le rôle central dans la reconnaissance et la mémorisation des émotions a été reconnu, a naturellement conduit les chercheurs à s’intéresser aux répercussions de ces atteintes sur la genèse des troubles cognitifs et comportementaux dans cette maladie. Plusieurs études ont mis en évidence une altération des processus émotionnels dans la MA qui peuvent, à différents niveaux, contribuer à un déficit de la cognition sociale et être générateurs de troubles du comportement. Les recherches sur les capacités d’identification et de mémorisation des émotions dans la MA font état de résultats parfois contradictoires et ne permettent pas à l’heure actuelle d’établir les bases d’un réel consensus sur l’évolution des processus émotionnels dans cette pathologie. Il semble ainsi légitime de s’interroger sur les différents éléments qui peuvent rendre compte des divergences de résultats comme l’existence de multiples théories, l’absence d’une définition unique des émotions et les importantes différences méthodologiques.