John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Conduite d’un programme d’exercice multimodal en prévention primaire et secondaire de la perte de mobilité chez le senior à risque : recommandations et applications pratiques Volume 21, numéro 1, Mars 2023

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service de médecine du vieillissement, Hospices civils de Lyon, Hôpital Lyon-Sud, Pierre-Bénite, France
2 Programme « Bien sur ses Jambes », service de médecine du vieillissement, Hôpital Lyon-Sud, Pierre-Bénite, France
3 Ministère des sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Direction des sports, Bureau de l’élaboration des politiques du sport (DS.1A), Stratégie nationale sport-Santé, Paris, France
4 Ministère des solidarités et de la santé, Direction générale de la cohésion sociale, Paris, France
5 École de kinésiologie et des sciences de l’activité physique (EKSAP), Faculté de médecine, Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada
6 Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (CRIUGM), Montréal, Québec, Canada
7 Centre interdisciplinaire de recherche sur le cerveau et l’apprentissage (CIRCA), Montréal, Québec, Canada
8 UMR Inserm 1093, Laboratoire CAPS (cognition, action, et plasticité sensorimotrice), Université de Bourgogne, UFR STAPS, Campus universitaire, Dijon France
9 Ministère des sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Pôle ressources national sport santé bien-être, CREPS AURA/Vichy, Bellerive-sur Allier, France
10 Université Côte-d’Azur, LAMHESS UPR 6312, Nice, France
11 Inserm 1060-CarMeN, Université Claude-Bernard Lyon-1, Villeurbanne, France
* Correspondance : L. Delaire

La mise en œuvre de stratégies de prévention de la perte de mobilité chez les seniors à risque résolument tournée vers l’exercice physique est un impératif de santé publique. Ces stratégies doivent suivre une approche pragmatique, structurée et personnalisée. Afin d’obtenir des bénéfices à court, moyen et long-terme, il est primordial d’envisager la coordination de programmes d’exercices physiques adaptés et d’harmoniser les bonnes pratiques. À l’appui des politiques nationales de prévention de la perte d’autonomie, il est important de définir clairement des recommandations sur la conduite de tels programmes. Ceux-ci doivent s’appuyer sur la littérature scientifique et être validés par un consensus d’experts pluri professionnels. Le but de ce consensus est d’exposer les étapes de mise en œuvre de ces programmes, d’en présenter les éléments constitutifs ainsi que leur application pratique. La conception et l’élaboration de ces programmes d’exercice physique doivent intégrer la fréquence, l’intensité, la durée, le type de travail, le volume et la progressivité individuelle. Ces programmes doivent être encadrés par des professionnels expérimentés afin de garantir la sécurité des participants et l’efficacité du programme. Ces recommandations permettront d’être un appui aux politiques de prévention de la perte d’autonomie et de la mobilité, en vue de leur développement sur le territoire national.