JLE

Géographie, Économie, Société

MENU

Les intercommunalités et la transition énergétique ? Un savant mélange d’innovations et de recyclage institutionnel à l’œuvre dans la production d’énergies renouvelables Volume 26, numéro 1, Janvier-Mars 2024

Illustrations


  • Carte 1 :

Tableaux

Auteurs
Université de Pau et Des Pays de L’Adour, E2S UPPA, CNRS, TREE, Institut Claude Laugénie, 64000 Pau
* Auteur correspondant : <jacques.perrinho@laposte.net>

En France, les collectivités territoriales disposent désormais de nouvelles compétences pour agir en faveur du développement des énergies renouvelables et de la transition énergétique. Elles prennent place dans un jeu d’acteurs interdépendants pour des raisons de compétences et de financement. Cet article propose d’analyser l’introduction des EPCI dans la gouvernance multi-niveaux de l’énergie par l’intermédiaire d’une étude de cas de leurs stratégies. En questionnant le rôle des EPCI en tant qu’opérateur territorial des énergies renouvelables (Durand et Landel, 2020), l’analyse des ressorts de cette action publique locale montre qu’ils cherchent à mobiliser des instruments d’action publique différents en fonction de leurs motivations de départ. Aussi, les énergies renouvelables représentent un vecteur de développement permettant d’élargir leurs savoir-faire et leurs compétences en sus d’obtenir des revenus financiers. Or, la politisation de leurs stratégies énergétiques se limite à leurs seuls périmètres mettant à mal la possibilité d’élaborer des stratégies avec les territoires limitrophes. Par conséquent, certains EPCI cherchent à élargir leurs champs d’action et à gagner en légitimité à travers des pratiques innovantes mettant sur le devant de la scène le besoin de se situer dans un système relationnel pluri-scalaire pour parvenir à se concerter avec les autres acteurs et à gouverner leurs transitions énergétiques.