JLE

Annales françaises de médecine d'urgence

MENU

Intérêt d’un transport infirmier interhospitalier pour traitement endovasculaire dans un centre de recours avec neuroradiologie interventionnelle Volume 14, numéro 1, Janvier-Février 2024

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service des Urgences-SAMU, Centre hospitalier Saint-Jean, 20, avenue du Languedoc, BP 4052, F-66046 Perpignan, France
2 Service de Réanimation, Centre hospitalier Saint-Jean, 20, avenue du Languedoc, BP 4052, F-66046 Perpignan, France
3 Service de Neurologie, Centre Hospitalier Saint-Jean, 20, avenue du Languedoc, BP 4052, F-66046 Perpignan, France
* Correspondance : D. Sablot

Objectifs

L’occlusion d’un gros tronc artériel responsable d’un accident vasculaire cérébral ischémique nécessite une thrombectomie mécanique (TM) le plus précocement possible pour améliorer le pronostic fonctionnel et vital de ces patients. Lors d’une admission dans un centre ne disposant pas d’accès à la TM, un transfert interhospitalier vers un centre de recours est alors généralement effectué par un service mobile d’urgence et de réanimation dirigé par un médecin. Avec l’élargissement des indications de TM, la disponibilité de cette présence médicale devient de plus en plus critique. L’objectif de cette étude est de préciser si un transport infirmier interhospitalier peut être validé pour ces patients nécessitant une TM et de définir les critères prédictifs d’une potentielle complication médicale majeure qui justifierait la présence d’un médecin pendant ce transfert.

Méthodes

Il s’agit d’une étude prospective observationnelle monocentrique, menée du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2018 (cohorte de dérivation) puis du 1er janvier au 31 décembre 2019 (cohorte de validation), incluant tous les patients consécutifs victimes d’un AVC ischémique avec occlusion d’un gros tronc artériel intracrânien admis dans notre centre et transférés pour TM au centre de recours (distance = 156 km). Sur les 2 cohortes, les complications majeures survenues pendant le transfert ont été notifiées dans une base de données.

Résultats

Sur notre cohorte de dérivation (253 patients), trois critères permettaient de prédire une CM lors du transfert : l’occlusion de l’artère basilaire (p < 0,001), un « National Institutes of Health Stroke Scale » (NIHSS) initial > 22 (p < 0,005), et des antécédents de fibrillation (p < 0,04). En appliquant ces critères sur notre cohorte de validation (112 patients), aucune CM n’a été enregistrée et 16 patients (14,3 %) ont présenté une complication mineure.

Conclusion

En vue d’une thrombectomie mécanique, un transport infirmier interhospitalier doit être privilégié en l’absence d’occlusion de l’artère basilaire, lorsque le score NIHSS initial n’est pas supérieur à 22 et en l’absence d’antécédents de fibrillation auriculaire.