John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Qualité de l’air intérieur et santé : quels sont les produits de consommation présentant les risques individuels les plus élevés ? Volume 20, numéro 5, Septembre-Octobre 2021

Auteurs
Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris)
Parc Technologique Alata - BP2
60 550 Verneuil en Halatte
France
* Tirés à part

La qualité de l’air intérieur représente un enjeu de santé publique majeur. Les actions des pouvoirs publics portent notamment sur la réduction des sources de polluants volatils spécifiques aux environnements intérieurs, dont certains usages domestiques de produits de consommation. Pour contribuer à identifier les produits associés aux risques sanitaires les plus préoccupants, la démarche d’évaluation des risques sanitaires (ERS) a été appliquée à trois types de produits de consommation courante, présélectionnés en fonction de leurs risques individuels attendus : désodorisants combustibles (encens, bougies parfumées), produits ménagers et désodorisants non combustibles (sprays, diffuseurs).

Le champ des ERS réalisées incluait les expositions par inhalation, chroniques et aiguës (expositions d’une heure), et les usages de type domestique. Ces ERS se sont basées sur des concentrations mesurées en conditions réelles et sur des scénarios d’exposition déterministes (« moyen » et « pire cas raisonnable ») élaborés à partir de sondages nationaux sur les usages des produits étudiés. Dans le cas particulier des produits ménagers, l’élaboration de séances de ménage complètes, « multiproduits » et « multipièces », s’est appuyée sur une consultation de parties prenantes.

Les résultats obtenus suggèrent que, dans le cadre des produits testés et des hypothèses retenues dans ces ERS, (i) les usages les plus courants correspondent à des risques individuels chroniques non préoccupants, quel que soit le type de produit étudié, considéré individuellement ; (ii) les expositions les plus élevées ont besoin d’être réduites pour assurer l’absence de risque préoccupant, notamment en réduisant les émissions des produits les plus émissifs, quel que soit le type de produit étudié ; (iii) les encens et, dans une moindre mesure, les sprays désodorisants sont les produits présentant les risques individuels les plus élevés, parmi les produits étudiés.

Les substances d’intérêt prioritaire identifiées sont l’acroléine, le benzène, le formaldéhyde et les particules fines (PM2,5). Les effets sanitaires potentiels incluent divers troubles du système respiratoire et un excès de risque de leucémie.