John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Évaluation des facteurs de risque de pneumopathie interstitielle diffuse dans l’habitat de patients à Paris Volume 18, numéro 4, Juillet-Août 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 Ville de Paris
Service parisien de santé environnementale
11, rue George Eastman
75013 Paris
France
2 Hôpital Tenon
4, rue de la Chine
75020 Paris
France
* Tirés à part

L’objectif de cette étude est d’analyser les données récoltées au cours d’audits environnementaux d’habitat de patients parisiens afin de rechercher des liens entre l’environnement domestique et le diagnostic de pneumopathie interstitielle diffuse (PID). Une étude exploratoire cas-témoins a été effectuée à partir des données de 122 patients audités de 2011 à 2017 : 47 patients étaient atteints de PID et 75 patients témoins étaient atteints de pathologies extra-pulmonaires. Le diagnostic de PID est significativement corrélé à quatre des 14 facteurs examinés (données mesurées ou questionnaires) : présence de plantes dans l’habitat (odds ratio (OR) = 4,14 ; IC 95 % = [1,45 ; 11,81]), présence de pigeons dans l’environnement proche de l’habitat (OR = 3,9 ; IC 95 % = [1,56 ; 9,76]), présence majoritaire de Penicillium spp dans les prélèvements (air, poussière ou surface du logement) (OR = 3,33 ; IC 95 % = [1,41 ; 7,88]) et occupation du logement supérieure à 10 ans (OR = 3,06 ; IC 95 % = [1,34 ; 6,98]). L’audit sur site permet d’identifier des facteurs de risque présents dans l’habitat susceptibles d’affecter la santé des occupants et de préconiser des mesures d’éviction.