John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Biosurveillance de la population exposée aux émissions de polluants atmosphériques de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer Volume 20, numéro 4, Juillet-Août 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions
Centre de Vie La Fossette
RD 268
13270 Fos-sur-Mer
France
2 Université de Rennes
Agrocampus Ouest
CNRS, UMR 6625 IRMAR
65, rue de Saint-Brieuc
F-35000 Rennes
France
3 ONIRIS-LABERCA
101, route de Gachet
F-44307 Nantes
France
4 Université Grenoble Alpes,
CNRS, Grenoble INP, CHU Grenoble Alpes, TIMC
621, avenue Centrale
38000 Grenoble
France
* Tirés à part

L’étude de biosurveillance INDEX avait pour objectifs de comparer l’imprégnation en polluants atmosphériques industriels des habitants de Fos-sur-Mer avec celle des habitants d’une zone témoin (Saint-Martin-de-Crau/Mouriès), et d’étudier les déterminants de cette imprégnation. Un questionnaire a été rempli par 138 personnes (80 en zone exposée et 58 en zone témoin), chez lesquelles des prélèvements de sang et d’urine ont été effectués afin de doser divers types de polluants (métaux, polychlorobiphényle [PCB], dioxines et furanes [PCDD/F], benzène et  hydrocarbures aromatiques polycycliques [HAP]). La majeure partie de la variation des imprégnations était expliquée par des facteurs individuels physiologiques, alimentaires, de loisir, ou encore le fait d’être un ancien fumeur. Après ajustement sur les précédents facteurs, il a toutefois été mis en évidence une imprégnation significativement plus importante à certains polluants de la population résidant à proximité des sites industriels, mais également liée à l’utilisation d’un environnement lui-même contaminé par les pollutions de l’air, du milieu marin et des sols de la zone (consommation de produits de mer locaux, pratique du jardinage et autoconsommation de légumes). Le présent article a pour vocation de présenter les résultats liés à la zone d’exposition. Ces résultats permettent de proposer de nouvelles pistes d’interprétation sur le devenir des polluants depuis l’environnement jusqu’à l’humain dans le contexte particulier de la plus grande zone industrielle d’Europe.