John Libbey Eurotext

Imagerie cérébrale. Nouveautés en épileptologie infantile : qu'en faire ? Volume 3, numéro spécial 3, Numéro spécial 2, December 2001


   
  

Figure 1. De gauche à droite, SPECT interictal, SPECT ictal, image de soustraction des deux scans de SPECT superposée sur l'IRM (SISCOM) et IRM chez une enfant de 5 ans avec une épilepsie partielle pharmacorésistante. Le SPECT montre un hypodébit intercritique et un hyperdébit critique temporal droit, bien localisable sur la soustraction. Grâce à cette image, une dysplasie corticale focale a été retrouvée au même endroit sur l'IRM initialement interprétée comme normale et caractérisée par une perte de la délinéation blanc-gris exclusivement. L'enfant a subi une lobectomie temporale antérieure droite sans électrodes profondes et est sans crises depuis 2 ans.




   
  

Figure 2. Images IRM de différentes malformations corticales.

En haut, à gauche : lissencéphalie, à droite : hémimégalencéphalie gauche.

En bas, à gauche : maladie de Bourneville (tubers multiples), à droite : dysplasie corticale focale frontale droite.




   
   Figure 3. De gauche à droite hypodébit interictal, hyperdébit ictal précoce et hypodébit ictal tardif chez une même enfant âgée de 10 mois avec une sclérose tubéreuse de Bourneville et ayant eu deux SPECT ictaux avec une injection réalisée pour la première au début de la crise, pour la seconde en fin de crise. Il existe un hypodébit occipital gauche en interictal et un hyperdébit en ictal précoce. Notez l'augmentation de l'hyperdébit occipital gauche en ictal tardif, attestant de la propagation de la décharge critique.



   
  

Figure 4. IRMf de langage (génération silencieuse de mots) chez un enfant de 7 ans porteur d'une épilepsie partielle rolandique gauche. Les régions activées concernent l'hémisphère gauche et sont localisées dans la région de Broca, dans le cortex prémoteur, dans l'aire motrice supplémentaire et le gyrus supramarginal.