John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Rôle de PPARγ dans la croissance du cancer de la prostate : de nouvelles pistes thérapeutiques Volume 94, numéro 2, Février 2007

Auteurs
Inserm, U834, Laboratoire de métabolisme et cancer, 34298 Montpellier, Centre hospitalier universitaire, 34000 Montpellier, CRCM, CRLC Val d’Aurelle, Parc Euromedecine, 34298 Montpellier Cedex 05

De nouvelles stratégies thérapeutiques pour traiter le cancer de la prostate résistant à la thérapie hormonale sont nécessaires. PPARγ est un membre de la famille des récepteurs nucléaires. Il exerce un rôle primordial dans la régulation du métabolisme, la prolifération, la différenciation et l’apoptose. Le traitement de cellules dérivées de cancers de la prostate avec des agonistes PPARγ entraîne un arrêt de la croissance cellulaire. Chez l’homme, des essais thérapeutiques ont été réalisés sur des patients atteints de cancer de la prostate. Ces résultats montrent qu’aucune amélioration n’est observée chez ces patients traités par des agonistes PPARγ. Il paraît donc que l’activation de PPARγ par ses ligands n’est pas suffisante pour contrôler la croissance tumorale. Nous avons récemment montré que les inhibiteurs des histone deacétylases (HDAC) activent PPARγ en synergie avec ses agonistes. L’ensemble de ces résultats laisse penser que PPARγ est inactivé par des HDAC « en amont » de sa régulation par des ligands dans le cancer de la prostate. Une combinaison de traitements avec des inhibiteurs des HDAC et des agonistes PPARγ est efficace dans l’inhibition de la croissance tumorale chez la souris. De plus, ce traitement entraîne une diminution de la capacité invasive des cellules cancéreuses, par une augmentation de l’expression du gène de l’E-cadherine.