John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

L’ifosfamide à hautes doses 15 g/m2/cure. Etude de faisabilité chez 10 patients Volume 84, numéro 2, Février 1997

Auteurs
Service d’oncologie médicale A, Centre Oscar-Lambret, 1, rue F.-Combemale, 59020 Lille Cedex, France.

L’ifosfamide est un des antimitotiques les plus actifs sur les sarcomes des tissus mous. À la recherche d’un éventuel effet-dose, nous avons testé sa faisabilité à la dose de 15 g/m2/cure en perfusion continue sur 5 jours chez 10 patients porteurs de sarcomes des tissus mous avancés et prétraités en rechute ou réfractaire. Une étude pharmacocinétique a été faite chez les 2 derniers patients. L’adjonction de facteurs de croissance a été systématique, les antiémétiques utilisés sont l’ondansétron, ± les corticoïdes ; les 8 premiers patients ont reçu du clonazépam pour prévenir d’éventuelles complications neurologiques. La toxicité rénale a été évaluée après la première et la deuxième cure. Deux cures ont été administrées chez des patients ayant tous déjà reçu 15 à 54 g/m2 d’ifosfamide (médiane : 27 g/m2) ; 2 patients ont également déjà reçu du cisplatine. Aucune toxicité majeure rénale ou neurologique n’est constatée ; les anomalies observées, infracliniques, portent sur l’excrétion des enzymes urinaires. Deux patients signalent des hallucinations visuelles en fin de cure et à son décours immédiat ; 1 autre présente une neuropathie des membres inférieurs. La toxicité hématologique est modeste. L’étude pharmacocinétique ne met pas en évidence de phénomène d’induction à cette dose et selon ce mode d’administration. L’ifosfamide à cette dose paraît donc réalisable ; la discordance avec d’autres études dans le taux de survenue des complications pourrait s’expliquer par la dose quotidienne limitée à 3 g/m2 au lieu de 4 g/m2 ou plus dans les autres séries.