John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les cancers génitaux et mammaires féminins en France : répartition géographique et estimation de l’incidence Volume 84, numéro 10, Octobre 1997

Auteurs

L’estimation de l’incidence des cancers pour la France métropolitaine est l’un des objectifs du Réseau français des registres de cancers (Francim). Cette étude présente les estimations établies pour les cancers génitaux et mammaires féminins à partir des données observées dans huit départements français. L’observation a porté sur la période 1983-1987 et 9,1 % de la population française. La qualité de l’enregistrement effectué par les huit registres inclus (Calvados, Côte-d’Or, Doubs, Hérault, Isère, Bas-Rhin, Somme, Tarn) a été évaluée par le Comité national des registres. Les taux départementaux d’incidence, bruts et standardisés selon la population mondiale, ont été établis pour chaque localisation tumorale. Le taux national d’incidence a été estimé en modélisant les taux départementaux spécifiques pour l’âge comme une fonction des taux de mortalité correspondants. Le nombre estimé de nouveaux cas par an de cancer du sein était de 25 277, celui des cancers génitaux pelviens était de 13 856. Le risque de cancer, estimé par le taux cumulé 0-74 ans, était de 7,1 % pour le sein, de 1,2 % pour le col de l’utérus, de 1,4 % pour le corps de l’utérus et de 1,1 % pour l’ovaire. Ces cancers génitaux et mammaires représentaient 49 % de l’ensemble des cancers des femmes. L’incidence observée du cancer du sein était stable d’un département à l’autre. D’importantes variations interdépartementales d’incidence du cancer du col de l’utérus étaient observées et certains départements français présentaient des taux voisins des maxima européens. Les variations interdépartementales d’incidence des autres cancers génitaux pelviens étaient faibles. Les estimations fournies permettent de mesurer l’importance des cancers génitaux et mammaires féminins dans la santé publique en France. L’objectif du réseau Francim est de décrire l’évolution du risque de cancer sur une longue période et de construire des projections fiables pour les années 2000 et 2005 en combinant les présentes données et celles de la période 1988-1992 actuellement en cours d’exploitation.