John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

La notion de marge d’exérèse dans le contexte de la pathologie du col utérin : définitions et impact thérapeutique Volume 95, numéro 12, décembre 2008

Auteurs
Service d’oncologie chirurgicale, centre René-Gauducheau, CRLCC Nantes, 44805 Saint-Herblain cedex, France, Service gynécologie obstétrique, CHU de Rennes, 2, rue Henri-le-Guilloux, 35033 Rennes cedex 09, France, Service d’anatomie pathologique, CHU Nord de Nantes, 44093 Nantes, France, Service gynécologie obstétrique, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers cedex 09, France

Le statut des marges d’exérèse dans la pathologie cervicale est un des facteurs pronostiques principaux du risque de récidive. Même si la prise en charge de la pièce opératoire par le pathologiste est standardisée, la qualité du prélèvement chirurgical est fondamentale. Un examen extemporané peut alors être réalisé, permettant de compléter le geste chirurgical en cas d’envahissement des berges d’exérèse. L’analyse peropératoire de la marge endocervicale lors d’une chirurgie conservatrice et de la collerette vaginale lors d’un geste radical est un élément précieux pour le chirurgien. Le statut endocervical lors d’une conisation, paramétrial et vaginal lors d’une hystérectomie totale élargie a un impact majeur sur le risque de récidive. Lors d’une trachélectomie élargie, l’envahissement d’une de ces 3 structures anatomiques est un facteur majeur de récidive local et peut avoir des conséquences sur la fertilité ultérieure des patientes.