John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Impact de la TEP au [18F]-FDG sur la décision médicale en cancérologie : évaluation par les prescripteurs durant la première année de fonctionnement Volume 89, numéro 3, Mars 2002

Auteurs
Comité de pilotage du centre TEP AP-HP.

L'évaluation de l'impact de la TEP au [18F]-FDG sur la modification de la prise en charge du patient n'a été réalisée directement par le clinicien prescripteur que récemment en Californie lors d'enquêtes par questionnaire. Nous avons utilisé la même méthodologie pour évaluer l'impact clinique de l'examen, dès la première année de fonctionnement de notre centre. Un questionnaire a été adressé au prescripteur pour chacun des 476 patients ayant bénéficié d'au moins un examen TEP, en routine, durant l'année 2000. Sur 348 réponses (73 %), le stade a été augmenté dans 26 % des cas et diminué dans 9 %. Une modification thérapeutique inter-modalités (abandon du traitement prévu pour une modalité thérapeutique différente) a été rapportée dans 37 % des cas, une modification intra-modalité dans 9 %. Ces taux ont été respectivement de 38 % et 7 % en cas de récidive de cancer colorectal (153 patients), 47 % et 7 % dans le cancer du poumon (118 patients), 16 % et 23 % dans le lymphome (43 patients), 25 % et 6 % dans le bilan initial des cancers ORL (32 patients). Par rapport aux études californiennes similaires, il n'y avait pas de différence significative de changement inter-modalités. En revanche, un changement intra-modalité était moins fréquent, sauf dans le lymphome. Globalement l'impact clinique reste similaire, avec un taux de réponse supérieur pour notre enquête (73 % contre 35 %) ; il se situe au-dessus de l'estimation moyenne obtenue lors d'un travail de synthèse récent portant sur plus de 5 000 patients.