John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Évaluation de la réponse thérapeutique en cancérologie : le rôle de l’imagerie morphologique Volume 94, numéro 2, Février 2007

Auteurs
Département d’imagerie, Institut Curie, 26, rue d’Ulm, 75005 Paris, Département d’imagerie, Institut Gustave Roussy, rue Camille-Desmoulins, 94805 Villejuif, Département d’imagerie, Centre Léon-Bérard, 28, rue Laennec, 69373 Lyon, Département d’imagerie, Institut Paoli-Calmettes, 232, bd Sainte-Marguerite, 13273 Marseille, Département d’imagerie, Centre Jean-Perrin, 58, rue Montalembert, 63011 Clermont-Ferrand

Les nouvelles chimiothérapies antitumorales sont testées au cours d’essais thérapeutiques de phases I, II ou III alors que les chimiothérapies dont l’efficacité est déjà connue sont utilisées, en pratique quotidienne, dans le cadre de protocoles. Le taux de survie globale est le meilleur paramètre objectif de l’efficacité des traitements testés mais il est trop tardif par rapport à la nécessité de connaître, le plus tôt possible, leur effet sur la tumeur, pour éventuellement instituer un autre traitement. La réponse tumorale, dite réponse objective, est fondée sur les modifications du nombre et de la taille de « cibles » tumorales mesurables. Ces paramètres sont obtenus plus précocement que les données sur la survie, mais leur fiabilité est très dépendante de la qualité des mesures comparatives, cliniques et surtout radiologiques des cibles. L’imagerie est largement mise à contribution dans ces évaluations. L’absence de standardisation des techniques, le mauvais choix des cibles et les imprécisions de mesure introduisent des biais qui faussent les résultats, en particulier des essais thérapeutiques. Étant donné les enjeux économiques, scientifiques et personnels pour le malade, une grande rigueur est nécessaire pour laquelle la responsabilité des radiologues, amenés à réaliser des examens d’évaluation, est engagée. Les règles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui définissaient les méthodes de mesure des masses et les critères de réponse, ne sont plus adaptées à l’évolution technique de l’imagerie. Une réflexion a été menée par le Response Evaluation Criteria in Solid Tumors (Recist) Group pour les actualiser et un nouvel ensemble de critères a récemment été proposé, prenant en compte les progrès de l’imagerie. Ces critères restent fondés sur la mesure de la taille des cibles tumorales. Ce seul critère de taille, utilisé pour évaluer la réponse au traitement, peut être discuté à la lumière des nouvelles possibilités techniques, susceptibles de fournir des informations sur la composition, le métabolisme ou la néovascularisation des tumeurs dont les modifications traduisent la réponse au traitement avant la diminution de volume.