John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Communication conjugale et symptômes dépressifs dans des couples dont la femme est atteinte de cancer du sein Volume 91, numéro 2, Février 2004

Auteurs
Hôpital général juif, département de psychiatrie et Université de Montréal, département de psychologie, Hôpital général juif, département d‘oncologie et Université de Montréal, département de chirurgie, 4333 Côte Ste. Catherine, Montréal, H3T 1E2 Canada et Université McGill, département de psychiatrie Hôpital général juif, département de psychiatrie, Hôpital Royal Victoria, département d‘oncologie, 3755 Côte Ste. Catherine, Montréal, H3T 1E2 Canada et Université McGill, département de chirurgie

Si la communication entre médecin et patient a fait l‘objet de nombreux écrits en cancérologie, la communication au sein du couple dont l‘un des membres est atteint de cancer est un sujet de recherche très récent et peu exploré. Certaines recherches abordent ce sujet sans toutefois mesurer la communication. La présente étude vise à analyser la fréquence de la communication conjugale et ses liens avec la symptomatologie dépressive. La communication dans le couple a été évaluée sous l‘angle de la fréquence de la communication générale, de la communication à propos du cancer et aussi de la satisfaction face à la communication. L‘échantillon comprend 120 patientes interviewées environ un mois après leur chirurgie pour un cancer du sein et 109 de leurs conjoints. Les résultats montrent que moins la communication conjugale est fréquente, plus la symptomatologie dépressive est élevée. Les patientes et conjoints qui ont un niveau passable de communication, surtout à propos du cancer, présentent un risque sérieux de dépression. Une communication conjugale fréquente à propos du cancer semble donc associée à un effet bénéfique, c‘est‐à‐dire à un niveau de symptomatologie dépressive observé dans la population générale. L‘étude ne permet cependant pas d‘établir la direction de causalité entre fréquence de communication conjugale et symptomatologie dépressive.