John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Approche psychosociale du discours de femmes en récidive métastatique d’un cancer du sein : la question de la temporalité Volume 95, numéro 9, septembre 2008

Auteurs
Laboratoire de psychologie sociale, université de Provence, France, Laboratoire de psychologie sociale, université de Provence, IUMR 912 Inserm, IRD, université de la Méditerranée SE4S, IFR 134 SHESS-AM, France, Département de psychologie clinique à l’institut Paoli-Calmettes, FNCLCC, Marseille, France, Département d’oncologie médicale, institut Paoli-Calmettes, UMR 891 Inserm, centre de recherche en cancérologie de Marseille, université de la Méditerranée, Marseille, France

La « récidive », ce mot tant redouté par les patients atteints d’un cancer, car il symbolise le retour de la maladie et des traitements dans la vie de la personne et de son entourage. Ce diagnostic, une fois posé, marque l’entrée dans une phase chronique de la maladie cancéreuse, mettant en cause le devenir des personnes et leur rapport au temps. Dans ce contexte, il nous semble important de pouvoir identifier les aspects subjectifs et sociaux de l’expérience de ce moment difficile dans le parcours de la maladie, en tenant compte du rapport au temps des patientes. Dans cet article, nous proposons une étude de ces différents aspects au travers d’une double analyse (thématique manuelle et lexicale par informatique) d’entretiens semi-directifs menés auprès de patientes en récidive métastatique d’un cancer du sein. Le rapport au temps a été opérationnalisé à la fois en tant que variable de personnalité grâce à l’échelle de perspective temporelle (PT) Zimbardo Time Perspective Inventory (ZTPI), ainsi qu’au travers des différents marqueurs langagiers, indicateurs de sens dans les récits des patientes. Les résultats issus de cette double analyse mettent en évidence différents aspects du discours des patientes, ce qui témoigne d’investissements différents dans la maladie au moment de la récidive, et ce, en fonction de l’âge et des profils temporels des patientes. Par ailleurs, ces résultats illustrent les liens entre certains aspects de focalisation temporelle dans les récits des patientes et les stratégies d’ajustements qui en découlent, permettant une articulation de ces concepts autour de la notion de contrôle.