John Libbey Eurotext

Annales de Gérontologie

MENU

Efficacité d’une supplémentation orale de 200 000 unités de vitamine D en unité de soins de longue durée Volume 3, numéro 1, mars 2010

Auteurs
Pôle de gériatrie, CHU de Poitiers, 2 rue de la Milétrie, 86021 Poitiers cedex, Unité de méthodologie et de recherche clinique, CHU de Poitiers, 2 rue de la Milétrie, 86021 Poitiers cedex

Le déficit en vitamine D est fréquent dans la population âgée vivant en institution et il n’existe pas de recommandation thérapeutique consensuelle. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’efficacité à 1 mois d’une dose de 200 000 unités de vitamine D3 en prise unique chez des patients déficitaires en vitamine D. Les patients inclus résidaient en unité de soins de longue durée. Deux groupes ont été distingués : un groupe avec une carence en vitamine D (dosage de 25-OH vitamine D < 10 ng/mL) et un groupe avec une insuffisance en vitamine D (25-OH vitamine D entre 10 et 30 ng/mL). Les patients ont reçu 200 000 unités de vitamine D3 en une prise unique orale, non complétée par une supplémentation quotidienne. Un contrôle de la 25-OH vitamine D était effectué un mois après. Les données épidémiologiques, le statut fonctionnel, le statut nutritionnel, la fonction rénale et la calcémie étaient répertoriés. Vingt-cinq patients ont été inclus (9 hommes et 16 femmes, âge moyen : 79,8 ± 11,6 ans). Dix-neuf patients présentaient une carence et 6 une insuffisance en vitamine D. La supplémentation par 200 000 unités de vitamine D3 a permis d’augmenter le taux sérique en moyenne de 19,4 ± 6,4 ng/mL (p < 0,001). Six patients avaient un taux de 25-OH vitamine D normalisé (≥ 30 ng/mL) un mois après la supplémentation : 2 étaient initialement carencés (11 %) et 4 initialement insuffisants (67 %). L’évolution du dosage de 25-OH vitamine D après cette supplémentation n’était corrélée à aucune des variables étudiées. Cette étude montre qu’une dose unique orale de 200 000 unités de vitamine D3 est insuffisante pour normaliser, à 1 mois, le taux de vitamine D, en particulier chez les patients âgés carencés et institutionnalisés. D’autres travaux sont nécessaires afin de confirmer ces résultats et établir des recommandations thérapeutiques.