John Libbey Eurotext

Annales de Gérontologie

MENU

À propos de l’analyse institutionnelle Volume 3, numéro 1, mars 2010

Auteur
Professeur de gérontologie, Université Lyon-2, Institut de psychologie, 2-5 avenue Pierre Mendès-France, 69676 Bron cedex

La question de l’analyse du fonctionnement institutionnel est complexe. Une institution passe nécessairement par des phases évolutives qui ne permettent pas une reproduction à l’identique sur le modèle du clonage. Dans l’approche d’une institution donnée, il y a lieu de se poser la question des représentations latentes, des fantasmes réprimés des non-dits et des secrets relatifs à l’histoire propre, potentiellement à l’œuvre. Cela étant, il importe de mettre en évidence les modes de communication privilégiés, ce qui implique également de s’interroger sur la place de la pensée et la capacité d’identification à la clientèle de l’institution. L’analyse institutionnelle proprement dite peut, sur le modèle des thérapies familiales systémiques, s’appuyer sur l’identification des groupes en présence, avec la détermination du caractère plus ou moins économique et fonctionnel de leur articulation. Cela va de pair avec la mise en évidence de règles (implicites ou explicites), tout comme il importe de définir les fondements du pouvoir et l’existence ou non de garants sur qui s’appuyer dans tel ou tel registre. La référence connue à un projet, lequel, élaboré par qui, pour quelles raisons et dans quelles circonstances, vient compléter l’exercice et faciliter l’élaboration d’hypothèses relatives au fonctionnement d’une institution donnée. Il reste, pour opérer, des recadrages à proposer, des changements de représentations, tout en travaillant sur les rôles et leur articulation, en prenant en compte les phénomènes psychiques à l’œuvre. Cela passe par la mise en place d’appareils à penser : espaces-temps où élaborer des hypothèses et réfléchir aux tenants et aboutissants, tant sur le plan clinique que sur le plan institutionnel.