JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Interférence des anticoagulants oraux directs anti-Xa lors de la surveillance des traitements par héparine non-fractionnée : attitudes pratiques et à venir Volume 82, numéro 2, Mars-Avril 2024

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Service d’Hématologie Biologique, Assistance Publique Hôpitaux de Paris-Centre (AP-HP.CUP), F-75015 Paris, France
2 Laboratoire d’Hématologie-Hémostase, Centre Hospitalo-Universitaire de Rennes Pontchaillou, 35000 Rennes, France
3 Service d’Hématologie Biologique, CHRU de Nancy, 54000 Nancy, France
4 Service d’Hématologie Biologique, CHU de Poitiers, 86000 Poitiers, France
5 Université Paris Cité, Innovative Therapies in Haemostasis, INSERM, F-75006 Paris, France
6 INNOVTE, F-CRIN, Saint-Étienne, France
7 Université Paris Cité, Inserm, PARCC, F-75015 Paris, France
* Correspondance L. Mauge

Contrairement aux anticoagulants oraux directs (AOD), l’héparine non fractionnée (HNF) nécessite une surveillance biologique quotidienne lorsqu’elle est administrée à dose thérapeutique. Actuellement, la surveillance biologique de l’HNF est préférentiellement réalisée par la mesure de l’activité anti-Xa, toutefois, chez les patients initialement traités par un AOD anti-Xa bénéficiant d’un relais par HNF, il existe un risque important d’interférence de l’AOD avec la mesure de l’anti-Xa HNF. La présence d’AOD résiduel dans l’échantillon de façon concomitante à l’héparine peut conduire à une surestimation de l’activité anticoagulante de l’héparine et à une anticoagulation inadaptée. Ce risque d’interférence ne doit pas être négligé car il existe y compris lorsque la concentration d’AOD est inférieure au seuil de sécurité hémostatique et peut durer plusieurs jours. Afin de contourner cette problématique, plusieurs options existent et sont en cours d’évaluation. Cette synthèse fait le point sur les interférences des AOD anti-Xa et les différentes stratégies pour s’en affranchir. Cette thématique souligne également l’importance de la communication entre le biologiste médical et le clinicien sur les traitements anticoagulants reçus par les patients.