John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Intérêt de l’albuminurie en néphrologie, diabétologie et comme marqueur de risque cardiovasculaire Volume 77, numéro 1, Janvier-Février 2019

Tableaux

Auteurs
Marie-Christine Beauvieux Pour le groupe de travail SFBC, SFNDT, SNP « Actualités sur les protéinuries » 8 9 *
1 Service de biochimie et hormonologie, Hôpital Lapeyronie, CHRU de Montpellier, Montpellier, France
2 PhyMedExp, Inserm, CNRS, Université Montpellier, Département de biochimie et hormonologie, CHU de Montpellier, Montpellier, France
3 Service de néphrologie, Hôpital de Brabois, CHU de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, France
4 Service de néphrologie transplantation, dialyse et aphérèses, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France
5 Tissue Bioengineering, U1026, Inserm, Bordeaux, France
6 L’Institut du thorax, Inserm, CNRS, Université de Nantes, Saint-Herblain, France
7 Laboratoire de biochimie, Hôpital Laënnec, CHU de Nantes, Saint-Herblain, France
8 Laboratoire de biochimie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France
9 Résonance magnétique des systèmes biologiques UMR5536 CNRS Université Bordeaux, Bordeaux, France
* Tirés à part

L’albuminurie est associée à la progression de la maladie rénale chronique et à la survenue d’évènements cardiovasculaires chez les patients avec ou sans diabète. Son évolution est associée au pronostic néphrologique et cardiovasculaire. La relation entre albuminurie et morbi-mortalité cardiovasculaire n’est pas parfaitement comprise. Une dysfonction endothéliale ou une inflammation chronique pourraient être en cause. Le ratio albuminurie/créatininurie permet de diminuer les erreurs dues au recueil des urines de 24 heures. En France, les recommandations pour le suivi des patients dépendent de la cause de l’albuminurie (étiologies de la maladie rénale chronique, diabète). La présence d’une albuminurie doit motiver une intensification thérapeutique. C’est un marqueur biologique utile pour mesurer l’efficacité des thérapeutiques. La réduction de l’albumine est un objectif thérapeutique car elle est prédictive d’une diminution du risque cardiovasculaire, mais il faut prendre en compte les complications potentielles des traitements.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International