John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Interactions incrétines-adipocytokines chez le sujet diabétique de type 2 avec ou sans stéatose hépatique non alcoolique : intérêt du GLP-1 (glucagon-like peptide-1) comme biomarqueur modulateur Volume 77, numéro 3, Mai-Juin 2019

Auteurs
1 Université des sciences et de la technologie Houari Boumediene, Faculté des sciences biologiques, Laboratoire de biologie et physiologie des organismes, Équipe de bioénergétique et métabolisme intermédiaire, Alger, Algérie
2 Service de diabétologie, CHU Mustapha Bacha, Alger, Algérie
3 Laboratoire d’hormonologie, Centre Pierre et Marie Curie, CHU Mustapha Bacha, Alger, Algérie
* Correspondance
  • Mots-clés : NAFLD, diabète de type 2, glucagon-like peptide-1, adipocytokines, insulinorésistance, syndrome métabolique
  • DOI : 10.1684/abc.2019.1436
  • Page(s) : 261-71
  • Année de parution : 2019

Un diabète de type 2 (DT2) associé à une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) aggrave et majore le risque cardiovasculaire. Des relations complexes et subtiles s’installent entre la dysfonction hépatique et l’hyperactivité du tissu adipeux. Elles sont médiées par l’insulinorésistance, les dyslipidémies et l’inflammation. Il a été mis en évidence plus récemment le rôle des incrétines, dont le GLP-1 (glucagon-like peptide-1) dans ces relations. Le but de cette étude est d’identifier des liens entre le profil plasmatique du GLP-1 et les marqueurs du syndrome métabolique d’une part, et les adipocytokines (leptine, adiponectine, résistine, TNFα et IL-6) d’autre part, chez des sujets diabétiques atteints ou non de NAFLD. L’étude a été menée sur une cohorte de 320 sujets adultes répartis en quatre groupes : stéatosiques (NAFLD), diabétiques (DT2), diabétiques-stéatosiques (NAFLD+DT2) et témoins. Chez l’ensemble des sujets, la présence d’un syndrome métabolique selon les critères de la NCEP/ATPIII a été recherchée. L’insulinorésistance a été évaluée par le modèle Homa. Les paramètres métaboliques ont été déterminés sur automate Cobas®. Les adipocytokines ont été dosées par méthode immuno-enzymatique sur lecteur Elisa human - Biotek ELX 800. La NAFLD a été confirmée par échographie abdominale et par histologie sur biopsie hépatique. Le GLP-1 plasmatique a été mesuré à jeun et en post-prandial par méthode Elisa. Les résultats montrent que l’insulinorésistance (Homa-IR) est présente dans tous les groupes. Le Homa-IR est associé négativement à la déplétion plasmatique du GLP-1 dans les groupes NAFLD, DT2 et NAFLD+DT2. Les concentrations d’adiponectine, ainsi que celles du GLP-1, sont diminuées dans tous les groupes alors que les concentrations de leptine, de résistine, du TNFα et de l’IL-6 présentent une relation inverse au GLP-1. Cette étude suggère que le GLP-1 plasmatique peut être considéré comme un véritable biomarqueur de transition et d’évolution entre la NAFLD et le DT2. Le GLP-1 reflète fidèlement les statuts métaboliques et inflammatoires, à la fois chez des sujets seulement stéatosiques ou seulement diabétiques, avant le stade compliqué du diabète stéatosique.